Beauté & santé

Importance du tourisme médical après la pandémie de COVID

La pandémie de coronavirus a démontré l’intérêt de mettre en œuvre des normes ou des meilleures pratiques pour atténuer les risques d’infection par le COVID-19 pour les patients tout au long du voyage et du traitement.

Les voyages médicaux ont été suspendus en 2020, puis à nouveau en 2021, lorsque l’épidémie de coronavirus s’est propagée dans le monde entier, obligeant les pays à fermer les frontières et à restreindre les voyages. Au plus fort de la pandémie, les établissements de santé, ainsi que les principales destinations de voyages médicaux, ont réduit les traitements qu’ils proposaient, suspendant les méthodes facultatives et canalisant les ressources de santé vers la lutte contre l’infection. Aujourd’hui, alors que les voyages reviennent progressivement à la normale, les touristes médicaux ont de nouvelles attentes à l’égard des destinations touristiques médicales. Ces patients recherchent non seulement la qualité et le caractère abordable des soins médicaux, mais aussi une destination de séjour médical qui a mis en place d’importantes mesures pour protéger leur santé, compte tenu de la pandémie de COVID-19.

Étant donné que la pandémie a augmenté le risque pour la sécurité, en plus de la qualité des soins de santé, il est crucial pour les prestataires de soins de santé de s’assurer qu’ils ont exécuté des protocoles qui atténuent le risque d’infection par le COVID-19 pendant le voyage et tous les points de contact avant et pendant le traitement.

Les statistiques

tourisme médical L’industrie du tourisme médical fonctionnait sans problème jusqu’à ce que la pandémie mondiale vienne perturber l’ensemble du secteur des voyages et du tourisme. Ce secteur, qui représentait 639 milliards de dollars en 2017, a connu une croissance de 6,5 % par rapport à 2015, comme l’a indiqué le Global Wellness Institute (GWI). Environ 830 millions de voyages de bien-être et médicaux ont été effectués en 2017, dont 209 millions vers l’Asie représentant 100 Mds$.

L’Asie-Pacifique a représenté 21,4 % des dépenses mondiales de tourisme de bien-être et médical et 31 % de tous les voyages de bien-être en 2017. La Chine, le Japon, l’Inde, la Thaïlande, l’Indonésie, la Malaisie et les Philippines sont quelques-unes des principales destinations du tourisme de bien-être et vital. Les voyages de tourisme de santé, de bien-être en Asie devaient atteindre 128,3 millions d’ici 2022, selon GlobalData, avant que la pandémie ne frappe.

Les destinations qui mettent en œuvre un plan établi pour relever les défis créés par la pandémie seront en mesure de se rétablir plus rapidement. Le Sri Lanka et la Thaïlande, par exemple, ont mis en œuvre des stratégies systématiques pour aplanir la courbe COVID-19 et rouvrir leurs économies plus rapidement que quiconque.

La certification de l’accord COVID-19 offre une validation par une tierce partie du cadre et du protocole de tout programme de voyage médical visant à contrôler la transmission du COVID-19, ce qui favorise la confiance et renforce la foi des consommateurs de soins de santé et des autres parties prenantes. La certification permet également de communiquer aux patients internationaux potentiels les protocoles de sécurité particuliers mis en œuvre, notamment les tests COVID-19, les équipements de protection individuelle (EPI) pour les patients et le personnel de santé, et les directives relatives aux visiteurs/associés.

Avant la pandémie, les consommateurs de soins de santé étaient souvent lents à compenser les consultations virtuelles, et la demande de télésanté était faible. Avec les restrictions mondiales sur les voyages, la demande de solutions de télésanté a augmenté et les barrières exécutives ont été modifiées dans certains pays pour faciliter l’accès des patients aux soins virtuels. Les services de télésanté sont appelés à connaître une croissance agressive au cours des prochaines années, ce qui permettra aux hôpitaux et aux établissements de santé de mettre en œuvre des solutions de télésanté susceptibles d’augmenter le volume des voyages médicaux dans un monde post-pandémique.

La pandémie de coronavirus a démontré l’intérêt de mettre en œuvre des normes ou des bonnes pratiques pour atténuer les risques d’infection au COVID-19 pour les patients tout au long du voyage et du traitement. La prise de conscience sanitaire accrue a poussé de plus en plus de patients à augmenter leurs attentes et à demander des soins de santé non seulement de haute qualité mais aussi sûrs. Alors que les restrictions de voyage liées au COVID-19 s’assouplissent dans le monde entier, les prestataires de soins de santé sont tenus de mettre en œuvre des protocoles visant à atténuer les risques liés au COVID-19 ou à d’autres agents infectieux tout au long des voyages de tourisme médical, et de les communiquer aux patients afin d’instaurer la confiance. Cette nouvelle mesure sert de repère aux patients potentiels pour identifier les programmes de tourisme médical qui donnent la priorité à la qualité et à la sécurité des soins à la lumière de la pandémie et pour se préparer aux futurs événements pandémiques.

Les tendances qui seront mises en avant en 2021 ?

Dans l’ère post-COVID, les choses sont maintenant censées changer pour de bon en termes de tourisme médical pour l’Inde. Peu après la pandémie de COVID-19, l’Inde a réussi à fabriquer des équipements médicaux, des produits jetables, des médicaments et des vaccins ; les efforts déployés par l’Inde nous ont tous placés au rang de leader mondial. L’Inde n’a pas seulement satisfait les besoins nationaux, elle s’est également montrée à la hauteur de la situation et a apporté son soutien à d’autres pays. Un autre aspect important est qu’un grand nombre de travailleurs et de personnels de santé ont reçu les vaccins COVID-19. Cela signifie que les médecins et le personnel de santé sont désormais en sécurité et qu’ils ne propageront pas l’infection.

L’Inde, connue pour son Ayurveda et ses pratiques de bien-être, pourrait bénéficier grandement du tourisme médical alors que le monde se remet progressivement de la pandémie de COVID-19. Notre système de médecine le plus ancien, nos cures à base de plantes et nos méthodes de bien-être sont ce que les gens désireront dans les mois à venir pour faire face aux défis posés par l’infection au coronavirus. Après le COVID, le tourisme médical en Inde devrait se développer et nous devrions tous nous préparer à cette opportunité.

La pandémie de COVID-19 a également transformé la façon dont le gouvernement et les acteurs privés projettent d’apporter le changement tant attendu dans le système de santé. L’accent a été mis successivement sur les services de télémédecine et le gouvernement a également publié de nouvelles directives pour faire de la télémédecine une pratique légale en Inde. Le ministère de la Santé et de la Famille (MoH&FW), en collaboration avec NITI Aayog, a publié de nouvelles directives qui permettront aux médecins agréés (RMP) de fournir des services de santé par le biais de la télémédecine. En outre, le gouvernement a également lancé la NDHM (National Digital Health Mission) pour répondre à l’urgence sanitaire du pays. Les principaux éléments de cette mission comprennent la télémédecine, les identifiants de santé, les dossiers médicaux, ainsi que les services de pharmacie électronique et de médecine numérique.